Dix graphiques qui illustrent les inégalités en France

Le deuxième rapport de l’Observatoire des inégalités souligne les écarts persistants de situation dans de nombreux domaines.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne-Aël Durand

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

Manifestation de comités de chômeurs à Marseille, le 1er mai 1998.

Dans l’ambitieuse devise de la France « liberté, égalité, fraternité », le deuxième point tient davantage, dans les faits, de l’idéal que de la réalité, tant les écarts de situation persistent entre les citoyens. C’est ce que relève le deuxième rapport de l’Observatoire des inégalités, publié jeudi 1er juin. Cette association, qui rassemble depuis 2003 une trentaine d’experts et chercheurs, s’appuie sur des statistiques diverses (Insee, ministères…) et travaux universitaires pour dresser un état des lieux des domaines où il est « urgent d’agir » pour réduire les décalages.

Plus d’un quart des revenus pour 10 % de la population

La première des inégalités est financière et concerne les revenus. Malgré le système de redistribution (impôts et prestations sociales), les 10 % des Français les plus riches possèdent à eux seuls plus du quart des revenus, soit dix fois plus que les 10 % les plus pauvres.

 

Les revenus des Français par décile en 2013

0 5 10 15 20 25 30 Part des revenus après impôts et prestations sociales (en %)Les 10 % les plus pauvresEntre les 10 et les 20 %Entre les 20 et les 30 %Entre les 30 et les 40 %Entre les 40 et les 50 %Entre les 50 et les 60 %Entre les 60 et les 70 %Entre les 70 et les 80 %Entre les 80 et les 90 %Les 10 % les plus riches
Source : Insee, observatoire des inégalités

» A quel niveau vous situez-vous ? Calculez si vous faites partie de la « classe moyenne » avec notre simulateur

Des décalages qui s’amplifient dans le temps

Ces inégalités tendent à s’amplifier, puisque les augmentations de revenus ne profitent pas également à tous : entre 2003 et 2013, les plus modestes ont gagné en moyenne 2,3 % de pouvoir d’achat alors que sur la même période, les 10 % les plus riches ont vu leurs revenus augmenter vingt fois plus (42,4 % de hausse).

Les décalages entre les catégories professionnelles s’accroissent avec l’âge : alors qu’un cadre junior gagne 1,8 fois le salaire d’un ouvrier, cet écart passe de 1 à 3,6 en fin de carrière.

Salaire mensuel net moyen par âge et par catégorie socioprofessionnelle (en 2013)

1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000 9000 Cadres supérieursProfessions intermédiairesEmployésOuvriers qualifiésOuvriers non qualifiés21-25 ans26-30 ans31-35 ans36-40 ans41-45 ans46-50 ans51-55 ans56-60 ans61-65 ans
Source : Insee, Observatoire des inégalités

La moitié de la population se partage 8 % du patrimoine

Les inégalités sont encore plus flagrantes lorsqu’on observe le patrimoine des Français. L’ensemble des possessions des 50 % les plus pauvres ne représente que 8 % du patrimoine total, alors qu’à l’autre bout de l’échelle sociale, 1 % des Français les plus riches concentrent 17 % des richesses.

Certains écarts sont vertigineux : ainsi, la patronne de L’Oréal, Liliane Bettencourt, possède plus de 31,2 milliards d’euros, ce qui représente l’équivalent de 1,77 million d’années de salaire minimum (smic).

La répartition inégale du patrimoine

0 20 40 60 80 100 Les 1 % les plus fortunés Des 5 % au 1 % les plus fortunés Des 10 % aux 5 % les plus fortunés Des 50 % les – fortunés aux 10 % les + fortunés Les 50 % les moins fortunés part de la populationpart du patrimoine

10 %, 19 %, 23 % ? Mesurer l’inégalité hommes-femmes

Les écarts salariaux entre les sexes peuvent s’appréhender de différentes manières, comme le rappelle le rapport de l’Observatoire des inégalités : selon le sens de lecture, les femmes gagnent en moyenne 18,6 % de moins que les hommes… ou bien les hommes gagnent 22,8 % de plus que les femmes. En tout cas, l’écart s’élève à 448 euros nets en 2014.

Une moyenne qui cache des écarts plus importants chez les cadres à hauts revenus (20 %) que chez les ouvriers (8,9 %), et des situations professionnelles diverses. En effet, les femmes occupent davantage d’emplois à temps partiel ou moins qualifiés. Mais même en corrigeant ces variations, l’écart résiduel (c’est-à-dire la discrimination inexpliquée) atteint 10,5 %.

L’écart salarial entre les hommes et les femmes

0 %5 %10 %15 %20 %25 %30 %25.7 %16.3 %12.8 %10.5 %Écart tous temps de travailconfondusÉcart pour des tempscompletsÉcart pour des tempscomplets à métier équivalentPart non expliquée
Source : Ministère du travail (2012), Observatoire des inégalités

Lire aussi :   Les inégalités femmes-hommes en 12 chiffres et 6 graphiques

Un million de pauvres supplémentaires en dix ans

Comment appréhender la pauvreté ? Cette réflexion a été longuement détaillée par l’Observatoire des inégalités. Statistiquement, deux seuils de pauvreté sont communément utilisés : 50 % du niveau de vie médian (celui qu’utilise le plus souvent l’Observatoire) ou 60 % (le seuil retenu par l’Insee). Dans les deux cas, le nombre de personnes qui n’atteignent pas ce niveau de vie a fortement augmenté, en raison de la crise de 2009 : on compte entre 950 000 et 1,2 million de pauvres supplémentaires entre 2004 et 2014, soit une hausse de 1,2 %.

Le taux de pauvreté remonte en 2015
Proportion de la population dont le niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian. A partir de 2012, la méthode de calcul a changé. En 2015, il s’agit d’une estimation.
0 2 4 6 8 10 12 14 16 19961997199819992000200120022003200420052006200720082009201020112012201320142015
Source : Insee

Les jeunes sont les premières victimes de la pauvreté, selon le rapport : elle touche près de 900 000 enfants de moins de 10 ans, soit plus d’un sur dix, et près d’un adolescent sur huit en France.

Taux de pauvreté par classe d’âge

0 %2 %4 %6 %8 %10 %12 %…11.2 %12.1 %11.2 %7.6 %3.3 %Taux de pauvreté à 50 % du revenu médianEnfants (moins de 10 ans)Adolescents (10-19 ans)Jeunes adultes (20-29 ans)Adultes (30-59 ans)Seniors (plus de 60 ans)
Source : Insee (2013), Observatoire des inégalités

Lire aussi :   Le modèle social français atténue l’appauvrissement des ménages modestes

Des inégalités qui commencent dès l’école

Le décalage de chances entre les enfants commence dès l’école primaire : selon le ministère de l’éducation nationale, plus de 20 % des élèves dont les parents sont sans emploi et 10 % des enfants d’ouvriers ont déjà redoublé à l’entrée en sixième, contre seulement 3 % des enfants de cadres. Le rapport souligne aussi le fait que dans les Segpa (classes adaptées aux élèves en difficulté), 90 % des élèves ont des parents ouvriers, employés ou inactifs.

Ces inégalités se retrouvent en fin de parcours scolaire. En effet, on constate de gros écarts entre les niveaux de diplôme obtenu par des élèves entrés en sixième en 1995, selon la profession de leurs parents. Les enfants de cadres supérieurs ou d’enseignants ont dix fois plus de chance d’obtenir un bac + 5 que les enfants d’ouvriers.

Diplôme obtenu selon la catégorie socioprofessionnelle des parents

0 20 40 60 80 100 Bac + 5Bac + 3/4Bac + 2BacDiplôme inférieur au bac ou aucun diplômeEnseignantsCadres supérieurs, chefs d’…Professions intermédiairesAgriculteursArtisans, commerçantsEmployésOuvriers qualifiésOuvriers non qualifiés
Source : MInistère de l’éducation, observatoire des inégalités

Les chiffres sont encore plus vertigineux concernant l’accès aux filières les plus prestigieuses : en 2015, plus des deux tiers (68,8 %) des élèves de l’Ecole nationale d’administration (ENA) avaient des parents cadres, contre seulement 4,4 % de parents ouvriers – alors qu’ils représentaient 20 % de la population active en 2014, selon l’Insee. Ils étaient également 63,7 % d’enfants de cadre à Polytechnique et 46 % dans les écoles d’ingénieurs.

Le rapport précise toutefois que tous les indicateurs ne sont pas dans le rouge. Ainsi, le taux de sortie précoce du système scolaire est moins élevé que la moyenne européenne (9,7 %, contre 13,1 % dans la zone euro, selon Eurostat) et l’indice de reproduction sociale n’est pas si mauvais : seuls 22 % des enfants de parents sortis de l’école après la 3e ne continuent pas leurs études au-delà, alors qu’ils sont 36 % en Allemagne.

Lire aussi :   L’école française est-elle vraiment la championne des inégalités ?

20 % de chômage chez les ouvriers non qualifiés

Le chômage de masse, qui touche 2,9 millions de personnes en France, constitue un vecteur d’appauvrissement et d’inégalités. Là encore, on constate d’importants écarts entre les catégories socioprofessionnelles, puisque les employés les moins qualifiés sont les premiers touchés par la crise économique : on y compte en moyenne 20 % de chômeurs, contre 4 % parmi les cadres supérieurs.

Les taux de chômage par catégorie socioprofessionnelle

0 %10 %20 %5 %15 %25 %0.5 %4 %4.9 %5.8 %10 %10.2 %11.4 %20.3 %AgriculteursCadres supérieursArtisans, commerçants etchefs d’entrepriseProfessions intermédiairesEnsemble de la populationactiveEmployésOuvriers qualifiésOuvriers non qualifiés
Source : Insee (2015), Observatoire des inégalités

7,7 millions en situation de « mal-emploi »

Selon l’Observatoire des inégalités, les 2,9 millions de chômeurs ne sont que la partie émergée de l’iceberg. En effet, le rapport estime que 1,4 million d’inactifs non recensés par Pôle emploi souhaiteraient travailler sans qu’ils parviennent à trouver d’emploi (seniors, femmes au foyer…). Par ailleurs, 3,4 millions de travailleurs occupent un emploi précaire ou mal rémunéré (CDD, intérim, stages). Au total, 7,7 millions de personnes seraient en situation de « mal-emploi ».

L’Observatoire soulève aussi la difficulté de caractériser les emplois non salariés : quel point commun entre un chirurgien de renom à son compte et un chauffeur de VTC qui peine à trouver suffisamment de clients pour s’assurer un smic ?

Statut social des emplois en France

0 5000000 10000000 15000000 20000000 2500…19489000 3372000 2982000 Salariés en CDI Salariés précairesNon-salariés
Source : Insee, Observatoire des inégalités

62,6 % des victimes d’accident de travail sont des ouvriers

La nature des emplois est également un facteur de discrimination. Une enquête du ministère du travail s’est intéressée aux « contraintes de rythme de travail » (dépendance vis-à-vis d’un collègue, normes de production à satisfaire dans la journée, surveillance par la hiérarchie ou contrôle informatisé) : 25,6 % des cadres les subissent et jusqu’à 54 % des ouvriers qualifiés.

Ce décalage est encore plus net pour les contraintes physiques (station debout prolongée, déplacements fréquents, charges lourdes, vibrations…), qui ne touchent que 7,9 % des cadres, contre 25 % des professions intermédiaires et 63,2 % des ouvriers qualifiés. Résultat : 62,6 % des victimes d’accident de travail étaient des ouvriers en 2012.

5,4 millions d’emplois interdits aux étrangers

Le rapport s’intéresse également aux discriminations qui touchent étrangers et immigrés en France. Il cite notamment une expérience de testing montrant que les employeurs préfèrent embaucher des Français, à profil équivalent. En 2014, 17,2 % des immigrés étaient au chômage, contre 9,1 % de Français, avec une grosse différence entre les étrangers non européens et les ressortissants de l’Union européenne.

Taux de chômage par nationalité

0 %5 %10 %15 %20 %25 %20.7 %9.3 %9.1 %Etranger non européenEtranger européenFrançaistaux de chômage
Source : Insee 2014, Observatoire des inégalités

Cette discrimination s’explique en partie par un moindre accès à certains emplois. Il s’agit des 4,4 millions de postes de la fonction publique ou d’entreprises publiques (SNCF, Banque de France), dont certains sont même réservés aux Français (défense, enseignement, police…). D’autres professions réglementées instaurent une barrière de fait liée à l’obtention d’un diplôme français ou d’une autorisation spéciale : notaires, médecin, dentiste, avocat… Au total, selon des estimations de l’Observatoire des inégalités, plus d’un emploi sur cinq est de fait rendu inaccessible aux non-Européens.