Données et bibliographies

  • Surface poulailler :
  • Surfaces des parcours :
  • Nombre de nids :
  • Alimentation :
Les acides aminés qui présentent le plus forteffet sur le poids de l’œuf lorsqu’ils sont limitants sont tout d’abord la méthionine, puis la thréoni
ne,la valine et enfin la lysine
« La maladie n’est rien, l’environnement est tout » : cette formule qui s’appliquerait à l’homme , s’applique aussi aux animaux… un environnement sain et calme couplé à quelques mesures préventives constituent le chemin que nous explorons ici. Voilà pour l’instant ce que nous faisons… mais celà va évoluer au fil des expériences, des rencontres…

  • Litière : copeaux de bois dépoussiérés (très absorbants, très peu de poussières)
  • Ail : un vermifuge et antiseptique ajouté à l’alimentation (environ 2 grammes par poule tout les 15 jours d’ail moulu bio)
  • Purin de fougère: répulsif contre les poux et autres parasites (>>recette) Il est pulvérisé dans le poulailler une fois par mois.
  • Huile essentielle de lavandin grosso bio comme antiseptiques de la litière : ajouté aux copeaux de bois de la litière (environ 20ml par balot de copeaux de 100ml)

Merci à Janick Peyron, le poulailler de Papé Louis (Cardet-30) , pour ses conseils !

poulaillerjanick

Le poulailler de Papé Louis

  • l’alimentation dite « séquentielle » (un repas composé de grains de blé  et un autre repas avec un complément riche en protéine et calcium)  permet de maintenir la quantité et qualité des oeufs pondus tout en diminuant la ration alimentaire (lien)
  • enrichissement des oeufs en acide gras omega 3 ?
  • Lorsqu’elles sont élevées en plein air, les poules mangent environ 5 grammes de sol par jour et jusqu’à 30 grammes si leur alimentation est grossière ou déséquilibrée (lien)
2011 : 72 % de l’élevage des pondeuses se fait en cage, 12 % en plein air, 5 % au sol et 7 % biologique.